La RDC a abrité la première Réunion régionale Afrique centrale du Réseau africain d’Instituts de Gestion et Développement (AMDIN)

Du 13 au 14 septembre 2021, les représentants des Écoles nationales d’Administration et des Instituts de Gestion de la République du Congo, du Cameroun, du Tchad, du Gabon (participation par visioconférence) et de la République Démocratique du Congo, tous membres d’AMDIN se sont réunis à Kinshasa dans le but d’échanger autour de leurs administrations et instituts respectifs.

Dans la matinée du lundi 13 septembre, c’est S.E.M. Jean-Pierre Lihau, Vice-Premier Ministre, Ministre de la Fonction Publique, modernisation de l’Administration et innovation  du Service public qui a présidé la cérémonie solennelle d’ouverture de ces assises tenues dans la salle Kampala du Rotana Kin Plazza Mall.

Le patron de l’administration publique de la RDC a salué la grande vision d’AMDIN, celle de faire des Écoles qui en sont membres des centres d’excellence capables de répondre aux défis du développement africain et engagements mondiaux.

Des mots qu’a corroborés Monsieur Guillaume Banga Wakimesa, Directeur Général ad interim de l’École nationale d’Administration de la RDC et Vice-président d’AMDIN. Ce dernier a remercié  le gouvernement congolais pour sa détermination à accompagner AMDIN dans la mise en œuvre du programme panafricain « Gouvernance de l’administration publique ».

Dans la deuxième moitié de cette première journée des travaux, le DG Guillaume Banga a présenté l’École Nationale d’Administration de la RDC dans toute sa splendeur, en parlant de ses origines de l’ENDA (École nationale de Droit et d’Administration) à l’actuelle ENA existant depuis 2013, ses méthodes de recrutement, la nature de la formation initiale et continue ainsi que ses résultats au sein de l’administration congolaise. Un exercice auquel se sont adonnés à cœur joie les autres responsables des ENA et MDI (Instituts de Gestion et Développement).

Tour à tour, Madame Loveline Che de PAID-WA (Pan African Institute for Development West Africa) du Cameroun, Messieurs Simplice Allah Adoumbeye de l’École nationale d’Administration du Tchad et Alexis Tombangui de l’École nationale d’Administration et de Magistrature de la République du Congo sont revenus sur les origines de leurs établissements, le processus de leur maturation jusqu’à ce jour et sur leur impact sur la qualité des services publics.

Le contenu de ces exposés a révélé de nombreuses similitudes entre ces ENA et MDI de la zone Afrique centrale, lesquelles ont fait l’objet du second jour de travaux.

Il était 9 heures précises à Kinshasa, lorsque les différentes parties prenantes se sont retrouvés dans la salle Kampala, le 14 septembre. Une table ronde sous forme de brainstorming en vue de lister les principaux problèmes (état embryonnaire de la coopération entre les membres AMDIN, la faible promotion de la recherche administrative, la vétusté du système de suivi et évaluation, l’instabilité institutionnelle, …), une véritable gangrène pour l’administration publique en Afrique.

Ainsi, les différentes parties prenantes ont proposé des pistes de solutions en termes de recommandations à soumettre lors de la prochaine Assemblée Générale d’AMDIN prévue en fin septembre dans la ville de Pretoria en Afrique du Sud.

Il sied de rappeler qu’AMDIN est un réseau africain d’Instituts de Gestion et Développement dont la mission est de doter les administrations publiques africaines d’atouts nécessaires en termes de connaissances, de compétences et de modernité. Il concerne essentiellement les institutions et non les pays.